Rêver à Québec :

Histoire
Urbanité
Poésie
Rêver à Québec

Avant d'exercer les tâches d'explorateur, de navigateur, de géographe, de scientifique, de naturaliste, d'ethnologue, Champlain était d'abord un rêveur...

Dès 1617, Champlain voit grand pour la petite bourgade de Québec, composée alors d'une poignée d'individus. Il songeait, il rêvait au développement d'une ville d'importance majeure, de la taille des grandes villes européennes.

Cette ville serait Ludovica, en l'honneur du roi Louis XIII et serait bâtie dans ce qu'on appele aujourd'hui la basse-ville...


Accueil

Recherche


Catégories dominantes
Samuel de Champlain

Montcalm: le Marquis et le quartier!

Frontenac: le Comte et le Château!

Cartier: le navigateur du XVIième!

Ancienne-Lorette
Beauport
Cap-Rouge
Charlesbourg
Duberger
Lebourgneuf
Les Saules
Limoilou
Loretteville
Neufchâtel
Saint-Augustin
Sainte-Foy
Saint-Roch
Saint-Sauveur
Sillery
Val-Bélair
Vieux-Québec

truc pour catégories dans Blogger!


Confidences...
...pour moi seul!
Musique d'atmosphère

Radio Deliro









Québec, ville un peu écossaise!
22 mars 2006
Certains touristes en visite à Québec soulignent l'allure britannique de la ville, en contradiction avec son unanime réputation française.

Québec, ville d'allure européenne? Va pour la Place Royale. Mais pour le Vieux-Québec et la Haute-Ville en général, l'allure n'est pas nécessairement celle d'une ville de province française. En ce qui concerne le reste de l'agglomération (ce qui fut jusqu'à tout récemment la banlieue), on pourrait même parler d'influences généralement nord-américaines, pour ne pas dire carrément américaines!




























Cette façade de la rue Sainte-Geneviève parait plutôt écossaise...
source


Ici, on parle surtout d'architecture mais aussi d'aménagements urbains, de parcs, de conception même de l'urbanisme, de propreté victorienne, d'érections d'églises et autres institutions bureaucratiques ou industrielles (banques, édifices publics, usines, etc.). Au fait, combien d'églises protestantes ou anglicanes le Vieux-Québec compte-t-il? Sûrement davantage que d'églises françaises catholiques.

Lorsqu'on fait le survol, on voit bien qu'une bonne partie du Québec historique a bel et bien été modelé sous les influences britannique, irlandaise et en particulier, écossaise. L'apport français subsiste indubitablement, l'adaptation au climat québécois n'est pas négligeable mais dans l'ensemble, nous devons reconnaître que l'anglophone a laissé ses traces partout.

Après deux cent ans de domination, ça ne peut faire autrement!


Les Anglophones à Québec: histoire à suivre...
Serge Alain @ 21:28   -- Lien permanent --
6 Commentaire(s):
  • Le 22 mars, 2006 22:14, Anonymous Francois a écrit:


    S'agit d'aller à Bruges, en Belgique, pour constater qu'il existe aussi un côté flamand dans cette architecture.

     
  • Le 23 mars, 2006 00:50, Blogger jacriver a écrit:


    L'industrie navale était "controlée" par les écossais principalement...

    Mais je ne suis pas si sur qu'il faille parler de "DOMINATION" sur les canayens-francais...
    L'Angleterre était la plus grosse puissance mondiale navale et il peut sembler naturel qu'ils aient accaparé ce secteur.
    apres tout , l'industrie de la blanchisserie était aussi "dominé" par les chinois et l'industrie de la pizza était "dominé" par les italiens.

    Toutefois ces écossais devaient bénificier d'un réseau et d'une infrastructure d'affaires via l'Empire.(ce qui les avantagait)

     
  • Le 23 mars, 2006 08:18, Blogger Martin Dinan a écrit:


    C'est cette confluence (française, britannique, etc) de styles et d'influence qui fait de Québec une ville aussi belle (excusez-moi, j'ai un parti pris pour la Vieille capitale)

    Martin
    (en exil à Ottawa)

     
  • Le 23 mars, 2006 21:37, Blogger jacriver a écrit:


    ..."C'est cette confluence (française, britannique, etc) de styles et d'influence qui fait de Québec une ville aussi belle (excusez-moi, j'ai un parti pris pour la Vieille capitale)..."

    Oui, mais c'est depuis peu qu'on le réallise...Et encore, peu de gens le réalisent!
    Le discours nationaliste a empêché de voir pendant longtemps....
    Moi-même qui suis né a québec , je m'en suis recu compte seulement avec le réanénagement d'institutions anglophones par l'équipe Lallier-Larose; Le chemin des Écossais, le Saint-Patrick, le Jeffry hale etc etc...
    Je le savais par mes sens...mais il n'y avait pas de discours pour mettre en éclairage...
    Le discours nationaliste préférait garder dans l'ombre l'apport des anglos (dans le sens d'un héritage).

     
  • Le 23 mars, 2006 22:19, Blogger Serge Alain a écrit:


    Le discours nationaliste a marqué une sorte de retour du balancier, consistant à s'affirmer comme peuple. On en revient un peu aujourd'hui et c'est OK. Mais durant deux siècles, les banques, les grosses industries, les gros commerces et le lobby envers les gouvernements étaient majoritairement entre les mains des anglos, pour le meilleur comme pour le pire. Les grandes propriétés en haute-ville des marchands de bois, des constructeurs de bateaux en témoignaient, tandis que le petit peuple canayen-français et irlandais croupissait dans les bas-fonds.

    Progressivement, notre peuple s'est affirmé, les choses ont changé mais sans le discours nationaliste des années 60 ou 70, où en serions-nous?

    Je suis bien d'accord qu'il ne faut pas mettre tous les anglos dans le même bateau. Il faut seulement se rappeler que durant longtemps, sauf exceptions (les Paquet, Amyot, etc.), les leviers du pouvoir économique n'étaient pas dans les mains des francophones. On devait se contenter de quelques politiciens véreux et des évêques partisans d'un certain obscurantisme qui les favorisait...

    Bon, Jaco, tu m'entraines dans une discussion que je voulais éviter sur ce blogue!

     
  • Le 23 mars, 2006 22:25, Blogger Serge Alain a écrit:


    ... et lorsque tu compares la construction navale avec l'industrie de la pizza ou de la blanchisserie, je m'excuse mais on ne parle pas des mêmes choses. C'est comme si de nos jours on comparait l'industrie de l'armement avec la guilde des fabricants de tofu ou des producteurs de sirop d'érable!!

    ;-)

     
Publier un commentaire
<< Accueil
 
Donner à réfléchir

Sous certains aspects, Québec est une ville-dortoir: il fait bon y rêver.

Par son altitude, Québec est une ville aérienne où planer est un plaisir évident.

Avec son look souvent romantique, Québec peut aussi faire perdre la tête... ou stimuler l'imaginaire.

Billets récents
Archives
Blogues dignes de mention
RSS et référencement



BLOGGER
Top Blogues
BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones
annuaire










© 2005 Ludovica Québec Template inspiré par Isnaini Dot Com
Tous les textes, photos et illustrations originaux sur le site Ludovica ne peuvent être reproduits sans l'autorisation de l'auteur. Merci!