Rêver à Québec :

Histoire
Urbanité
Poésie
Rêver à Québec

Avant d'exercer les tâches d'explorateur, de navigateur, de géographe, de scientifique, de naturaliste, d'ethnologue, Champlain était d'abord un rêveur...

Dès 1617, Champlain voit grand pour la petite bourgade de Québec, composée alors d'une poignée d'individus. Il songeait, il rêvait au développement d'une ville d'importance majeure, de la taille des grandes villes européennes.

Cette ville serait Ludovica, en l'honneur du roi Louis XIII et serait bâtie dans ce qu'on appele aujourd'hui la basse-ville...


Accueil

Recherche


Catégories dominantes
Samuel de Champlain

Montcalm: le Marquis et le quartier!

Frontenac: le Comte et le Château!

Cartier: le navigateur du XVIième!

Ancienne-Lorette
Beauport
Cap-Rouge
Charlesbourg
Duberger
Lebourgneuf
Les Saules
Limoilou
Loretteville
Neufchâtel
Saint-Augustin
Sainte-Foy
Saint-Roch
Saint-Sauveur
Sillery
Val-Bélair
Vieux-Québec

truc pour catégories dans Blogger!


Confidences...
...pour moi seul!
Musique d'atmosphère

Radio Deliro









Le Bois-de-Coulonge (1)
20 juin 2006



Contrairement au Domaine Cataraqui, le parc du Bois-de-Coulonge n'accueille plus les vestiges de la résidence opulente que fut Spencer Wood aux XIXième et XXième siècles.



L'un des propriétaires du XIXième siècle, le marchand Henry Atkinson, s'emploie à l'embellir. Dans les années 1840-1850, Spencer Wood est aménagé de façon à subvenir aux besoins de ses occupants. C'est à cette époque que M. Atkinson s'adonne à des expériences horticoles qui feront la renommée de Spencer Wood en Amérique du Nord et même en Angleterre (source).


L'histoire de ce domaine remonte aussi loin que le Régime français. Elle fut d'abord le c?ur d'un immense domaine forestier qui sera érigé en fief et châtellenie par le gouverneur Louis d'Ailleboust, sieur de Coulonge et d'Argentenay. Puis, de 1854 à 1966, d'autres gouverneurs reprirent le lieu en guise de résidence officielle.

La villa périt par l'incendie un soir de février 1966, ainsi que son locataire de l'époque, le lieutenant-gouverneur Paul Comtois.



Il en reste pourtant quelques bâtiments.



Le poulailler





Les écuries





Le caveau à légumes





L'une des serres dont la végétation s'est emparée





Souvenir d'une ville fortifiée, souvenir d'une ville où la garnison britannique contribua à la prospérité de la petite Capitale d'un grand Empire, les canons font partie du paysage à Québec. Les pièces d'artillerie ont même été exposées à des endroits où ils n'ont jamais été utiles...





On y trouve également un mignon arboretum...


À suivre.
Serge Alain @ 21:02   -- Lien permanent --
4 Commentaire(s):
  • Le 21 juin, 2006 00:00, Anonymous gérald gobeil a écrit:


    Et les tulipes au printemps. Elles y sont extraordinaires. Sans oublier les lilas. Le plus beau parc de la Ville de Québec. Fort fréquenté par des gens heureux. Des lieux.

     
  • Le 21 juin, 2006 00:11, Anonymous brem a écrit:


    On voulait se marier là... mais on n'a pas pu.

    Finalement on s'est marié au défunt zoo du Québec... dommage.

     
  • Le 21 juin, 2006 13:11, Anonymous Anonyme a écrit:


    Absolument magnifique cet endroit. Je n'y suis jamais allée malheureusement. Jolies photos, Serge.

    Lisette

     
  • Le 21 juin, 2006 21:00, Blogger Serge Alain a écrit:


    Merci Lisette.

     
Publier un commentaire
<< Accueil
 
Donner à réfléchir

Sous certains aspects, Québec est une ville-dortoir: il fait bon y rêver.

Par son altitude, Québec est une ville aérienne où planer est un plaisir évident.

Avec son look souvent romantique, Québec peut aussi faire perdre la tête... ou stimuler l'imaginaire.

Billets récents
Archives
Blogues dignes de mention
RSS et référencement



BLOGGER
Top Blogues
BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones
annuaire










© 2005 Ludovica Québec Template inspiré par Isnaini Dot Com
Tous les textes, photos et illustrations originaux sur le site Ludovica ne peuvent être reproduits sans l'autorisation de l'auteur. Merci!