Rêver à Québec :

Histoire
Urbanité
Poésie
Rêver à Québec

Avant d'exercer les tâches d'explorateur, de navigateur, de géographe, de scientifique, de naturaliste, d'ethnologue, Champlain était d'abord un rêveur...

Dès 1617, Champlain voit grand pour la petite bourgade de Québec, composée alors d'une poignée d'individus. Il songeait, il rêvait au développement d'une ville d'importance majeure, de la taille des grandes villes européennes.

Cette ville serait Ludovica, en l'honneur du roi Louis XIII et serait bâtie dans ce qu'on appele aujourd'hui la basse-ville...


Accueil

Recherche


Catégories dominantes
Samuel de Champlain

Montcalm: le Marquis et le quartier!

Frontenac: le Comte et le Château!

Cartier: le navigateur du XVIième!

Ancienne-Lorette
Beauport
Cap-Rouge
Charlesbourg
Duberger
Lebourgneuf
Les Saules
Limoilou
Loretteville
Neufchâtel
Saint-Augustin
Sainte-Foy
Saint-Roch
Saint-Sauveur
Sillery
Val-Bélair
Vieux-Québec

truc pour catégories dans Blogger!


Confidences...
...pour moi seul!
Musique d'atmosphère

Radio Deliro









Minaret de la Fonction publique...
15 août 2006


L'édifice Marie-Guyart en construction (le fameux édifice "G"). Fin des années soixante.




Notez les pâtés de maisons sur la gauche qui ont fait place depuis à d'autres gratte-ciel.


Source: Le Parlement du Québec. Deux siècles d'histoire, Gaston Deschênes et Maurice Pellerin. Les Publications du Québec, 1991.
Serge Alain @ 08:31   -- Lien permanent --
6 Commentaire(s):
  • Le 16 août, 2006 23:08, Blogger jacriver a écrit:


    ..." Notez les pâtés de maisons sur la gauche qui ont fait place depuis à d'autres gratte-ciel..."

    Si je me rappelle bien, c'était des maisons en tres piteux état; disons des maisons "chambranlantes"

    Je suis a peu pres sur qu'elles seraient disparues de toute facon;(même si le complexe G n'aurait pas été construit)

    Quoique qu'il en soit, la construction du "G" a donné le ton et la couleur de cette épooque: LE GRIS-FONCTIONNAIRE s'est répendue sur la ville.
    Le gris-fonctionnaire de ces édifices ,par leur absence de couleur, signifiera le sérieux de la patente (la révolution tranquille?)
    ou
    La révolution tranquille était une "patente" tres prise au sérieux; l'Etat avec un grand E devait conduire au paradis!

    Certains (dont moi) trouvent ces édifices plutot mornes et tristes; Le Delta , par ex , qui ressemble a une pierre tombale!
    Mais , que voulez-vous, l'État a cette époque, c'était du SÉRIEUX MIS EN BOITE!

     
  • Le 17 août, 2006 01:54, Blogger Serge Alain a écrit:


    Personnellement, je ne remet pas en question ces édifices "gris": ce qui est fait est fait, ça fait partie de l'Histoire. Comme tu dis, la Révolution tranquille a laissé son empreinte, pour le meilleur comme pour le pire.

    N'empêche que je serais curieux de revoir ces maisons "chambranlantes", question de les évaluer avec notre regard de 2006. En 1969, probablement que les maisons qui subsistent dans Saint-Jean-Baptiste et Saint-Roch aujourd'hui nous paraissaient assez vétustes et chambranlantes...

    ;-)

     
  • Le 18 août, 2006 12:26, Anonymous Webfil a écrit:


    Ça fait bizarre de voir des placardages à la montréalaise où se dressent aujourd'hui Place Québec et l'édifice de la Haute-Ville, 2 des 3 plus hauts gratte-ciel de la Capitale.

     
  • Le 19 août, 2006 22:00, Anonymous Carol a écrit:


    Si je me souviens bien, dans un livre que j'ai lu, au départ le projet de colline parlementaire, avait beaucoup plus d'édifice gouvernementaux, dans les plans.

    Même qu'il n'y avai pas de place pour des hôtels, mais ce projet fut revue à la baisse...

     
  • Le 20 août, 2006 22:24, Blogger jacriver a écrit:


    ..."question de les évaluer avec notre regard de 2006. En 1969, probablement que les maisons qui subsistent dans Saint-Jean-Baptiste et Saint-Roch aujourd'hui nous paraissaient assez vétustes et chambranlantes..."

    j'avais moins de 10 ans en age et j'avais été rendre visite a un copain de classe qui demeurait dans une de ces maisons
    (faudra prenre mon témoignage comme celui d'un enfant pouvant mal évaluer...)
    Mais j'étais ressorti de la maison de mon copain sous un choc émotif:" une des pieces de la maison était SUR DE LA TERRE BATTUE- IL N'Y AVAIT PAS DE PLANCHER!
    Mon choc émotif était la découverte de la PAUVRETÉ ; je n'avais jamais eu d'image de la pauvreté et pourtant mes parents se situaient dans la classe tres moyenne (nous habitions un simple logement de 4 pieces pour 4 enfants et je partageais ma chambre avec mon frere...mais au moins nous avions un plancher sous nos pieds!
    Non je ne vois pas comment on aurait pu sauver des taudis de la démolition...même si les édifices gouvernementaux n'auraient pas été construits!

     
  • Le 20 août, 2006 22:39, Blogger Serge Alain a écrit:


    Voilà. Des fois, un témoignage peut faire la part des choses entre le passé romantique et la dure réalité de l'époque. Malgré les apparences, je ne suis pas de ceux qui croient que la vie était toujours douce au temps de nos prédécesseurs. Je sais très bien que la misère a vécu longtemps dans cette ville (et un peu partout ailleurs) et qu'une belle maison d'autrefois ne saurait nous le faire oublier.

    Merci Jac.

     
Publier un commentaire
<< Accueil
 
Donner à réfléchir

Sous certains aspects, Québec est une ville-dortoir: il fait bon y rêver.

Par son altitude, Québec est une ville aérienne où planer est un plaisir évident.

Avec son look souvent romantique, Québec peut aussi faire perdre la tête... ou stimuler l'imaginaire.

Billets récents
Archives
Blogues dignes de mention
RSS et référencement



BLOGGER
Top Blogues
BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones
annuaire










© 2005 Ludovica Québec Template inspiré par Isnaini Dot Com
Tous les textes, photos et illustrations originaux sur le site Ludovica ne peuvent être reproduits sans l'autorisation de l'auteur. Merci!