Rêver à Québec :

Histoire
Urbanité
Poésie
Rêver à Québec

Avant d'exercer les tâches d'explorateur, de navigateur, de géographe, de scientifique, de naturaliste, d'ethnologue, Champlain était d'abord un rêveur...

Dès 1617, Champlain voit grand pour la petite bourgade de Québec, composée alors d'une poignée d'individus. Il songeait, il rêvait au développement d'une ville d'importance majeure, de la taille des grandes villes européennes.

Cette ville serait Ludovica, en l'honneur du roi Louis XIII et serait bâtie dans ce qu'on appele aujourd'hui la basse-ville...


Accueil

Recherche


Catégories dominantes
Samuel de Champlain

Montcalm: le Marquis et le quartier!

Frontenac: le Comte et le Château!

Cartier: le navigateur du XVIième!

Ancienne-Lorette
Beauport
Cap-Rouge
Charlesbourg
Duberger
Lebourgneuf
Les Saules
Limoilou
Loretteville
Neufchâtel
Saint-Augustin
Sainte-Foy
Saint-Roch
Saint-Sauveur
Sillery
Val-Bélair
Vieux-Québec

truc pour catégories dans Blogger!


Confidences...
...pour moi seul!
Musique d'atmosphère

Radio Deliro









Lever du matin sur Wendake
21 septembre 2006





On pourrait parler longtemps du commerce des cigarettes illégales sur les réserves indiennes, des taxes et impôts sur lesquels ces gens ne sont pas soumis. Etc, etc.

Etc.

D'autres le font à outrance et de toute façon, ce n'est pas ce que je vous propose sur ce blogue. Pour rejoindre l'esprit de ce dernier, tout ce que je pourrais rappeler, c'est que ce peuple habitait jadis l'Ontario actuel. Qu'il était en voie d'extinction à la suite de guerres intestinales chez les Cinq-Nations. Que l'enjeu de ces conflits avait parfois à voir avec le commerce que se disputaient ces tribus avec les Blancs, Français comme Anglais ou Hollandais. Mais aussi de querelles raciales entre Rouges. Que les pères Jésuites les amenèrent ici, les 300 quelques qu'ils étaient devenus. D'abord à Sillery, puis à
Sainte-Foy et enfin à ce qu'on connaît aujourd'hui sous le nom d'Ancienne-Lorette. Comme ces terres étaient convoitées par les colons français (dont mon propre ancêtre, Simon Allain!), il furent finalement "déplacés" à quelques pas de là, sur quelques lopins réduits qu'ils ont enfin baptisé Wendake, au coeur du Loretteville actuel.

Ces peuples ne possédaient pas de langage écrit, ne serait-ce que pour inscrire leur histoire. La tradition était orale, comme pour beaucoup de nos ancêtres français, du reste.

Aujourd'hui, ils ont survécu, se sont voire même perpétués, des fois au moyen de mariages avec les Canadiens, dans ce Wendake minuscule.

Au 21ième siècle, qu'on vienne leur reprocher certaines tares, je veux bien puisqu'ils sont aussi humains que nous. Mais qu'on leur reproche d'exister, comme s'ils nuisaient à une fausse harmonie qu'on essaie de construire au pays du Canada, alors je ne marche pas.

Par ailleurs, j'apprends aujourd'hui que quelques descendants de Hurons ont réussi à survivre en Ontario, au Michigan, en Oklahoma et au Kansas.

J'y reviendrai.

Bref, la tentation est forte de chialer lorsqu'on ne connaît pas tous les faits. Les Indiens chialent. Les Québécois chialent. Un peu plus de connaissances de l'Histoire et un peu plus de sollicitude aideraient sans doute les uns et les autres à mieux s'entendre. Ultimement, à mieux se comprendre.




Serge Alain @ 21:37   -- Lien permanent --
2 Commentaire(s):
Publier un commentaire
<< Accueil
 
Donner à réfléchir

Sous certains aspects, Québec est une ville-dortoir: il fait bon y rêver.

Par son altitude, Québec est une ville aérienne où planer est un plaisir évident.

Avec son look souvent romantique, Québec peut aussi faire perdre la tête... ou stimuler l'imaginaire.

Billets récents
Archives
Blogues dignes de mention
RSS et référencement



BLOGGER
Top Blogues
BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones
annuaire










© 2005 Ludovica Québec Template inspiré par Isnaini Dot Com
Tous les textes, photos et illustrations originaux sur le site Ludovica ne peuvent être reproduits sans l'autorisation de l'auteur. Merci!